PRESENTATION


Creusé dans le flanc de la cote 291, « l'Hôpital de Domjevin » est une ambulance chirurgicale souterraine imposante, construite à compter du 1er juillet 1916 et durant toute l'année 1917, pour une mise en service en janvier 1918.
Ce complexe comprenait :
et comme équipements, La partie toujours visible est constituée de trois galeries perpendiculaires, en béton, couvertes de tôles ondulées et protégées par un talus de terre.

 


CLASSEMENT


Après guerre, diverses voix s'élèvent pour protéger les vestiges des combats. Dès mars 1919 la presse s'émeut que « le poste de secours, considéré comme le modèle des organisations chirurgicales souterraines, tombe en ruine faute de quelques travaux de soutènement » (Le Matin, 4 mars 1919), même si à cette époque l'ensemble de la structure était encore quasi intacte.

Le 8 novembre 1920, un projet de loi sur les vestiges et souvenirs de guerre est déposé à la chambre des députés, et en prévision, les architectes des régions libérées et des monuments historiques évaluent l'opportunité du classement du poste de secours lors d'une visite le 10 mars 1921.

Le 10 février 1922, Léon Bérard, Ministre de l'Instruction Publique et des Beaux-Arts prend un arrêté classant le poste de secours de Domjevin parmi les monuments historiques au titre des vestiges de la grande-guerre.


UTILISATION


En janvier 1918, les travaux de cet hôpital-modèle sont terminés. Les combats continuent cependant sur cette partie du front de Lorraine, notamment en forêt de Parroy, à Leintrey et Reillon.

Mais :

Ainsi, l'hôpital aurait  servi de seule démonstration durant l'année 1918, et aurait été conservé inutilisé en vue d'une offensive sur le front de Lorraine qui n'a jamais eu lieu (une offensive ultime avait été planifiée pour le... 14 novembre 1914).


STRUCTURE


Le plan des trois galeries du 1er juillet 1916 présente l'hôpital tel qu'il est encore visible aujourd'hui, avec l'emplacement des cloisons intérieures : la plupart de ces cloisons sont aujourd'hui disparues, mais leurs traces sont encore visibles. Seule la cloison la plus centrale n'a jamais été réalisée, de même que la porte sur le flanc gauche de la galerie.


42ème division d'infanterie - Groupe de brancardiers - 1er juillet 1916 (le plan comporte l'erreur "181" au lieu de "291")

Extrémité de la galerie latérale gauche

Photographie décembre 1916
Photographie 2015
Hormis quelques détails, la galerie n'a pas été modifiée depuis 1916 : les extrémités nord, qu'on pourrait croire rebouchées ultérieurement, sont entièrement d'origine, tout comme leur parement en béton sur la partie basse.

Le nombre d'arceaux métalliques est précisément respecté, chacun d'eux mesurant 1 m de large, soit, avec les recouvrements, une largeur effective de 90 centimètres chacun.

Dès fin 1916, l'hôpital est desservi par une branche de la voie ferrée (largeur 0,60 m type Decauville) de la forêt de Mondon (25 km, de Ménil-Flin à Reillon) surnommée « le petit tacot », facilitant sa longue construction par étapes successives,  :


DETAILS


La construction de l'hôpital militaire de Domjevin, présenté à l'époque comme simple une ambulance chirurgicale, « poste de recueil pour blessé », débute le 1er juillet 1916. La succession rapide des divisions militaires en charge du secteur entre juillet et septembre 1916 a sans doute contribué à ralentir la construction. On a ainsi :

Mais très vite (dès octobre 1916) l'« ambulance » prend la dénomination d'« hôpital », et avant même l'achèvement complet des trois galeries, la structure a été l'objet, dès janvier 1917, de compléments plus ambitieux, qui ne seront terminés que le 3 janvier 1918.

Divers Journaux des marches et opérations nous donnent de précieuses informations.

Journaux des marches et opérations, classés par ordre chronologique

Abréviations militaires

C.A Corps d'Armée 
D.I. Division d'Infanterie
D.S.S Direction des Services de Santé
G.B.C Groupe de Brancardiers de Corps 
G.B.D Groupe de Brancardiers Divisionnaire
M.M Médecin major
P.S Poste de secours
R.I.T Régiment d'infanterie territorial
R.P.S Réserve de Personnel Sanitaire
S.S. Service de Santé 
 

Abréviations courantes

Capne capitaine
Cdant commandant
ch. chirurgical
Cie compagnie
cl. classe
Divre divisionnaire
Divion division
Inspr inspecteur
Min médecin
Tal territorial
23 juin 1916. Le GBD est invité à prendre le personnel nécessaire pour commencer à la côte 291 à l'ouest de Domjevin les travaux de construction d'un poste de recueil pour blessés. le plan soumis a été accepté par le DSS ; mais le service C.A. réduit les travaux à la moitié de ceux qui sont projetés.
[42e division d'infanterie - Service de santé divisionnaire]

27 juin 1916. 1 sergent, 2 caporaux et 20 soldats sont également détachés au GBD 42 à Domjevin où il construisent un poste de secours.
[Groupement de brancardiers du 32ème corps d'armée]
 

1er juillet 1916. Un détachement de brancardiers renforcé par 30 brancardiers du GBC 32 est chargé de la construction d'un poste chirurgical avancé sur un terrain près de Domjevin.
[42e division d'infanterie - Groupe de brancardiers]


42ème division d'infanterie - Groupe de brancardiers - 1er juillet 1916

23 juillet 1916. Les travaux de construction du poste chirurgical avancé et de l'abri pour blessés ont été poussés très activement.
[42e division d'infanterie - Groupe de brancardiers]

6 août 1916. Pour la continuation de l'aménagement du poste chirurgical en construction à l'ouest de Domjevin, des ouvriers cimentiers sont demandés au génie.
[42e division d'infanterie - Service de santé divisionnaire]

21 août 1916. Les brancardiers G.B.C/32 détachés au G.B.D/42 pour les travaux à exécuter au Poste Chirurgical de Domjevin, rejoindront à Laronxe, leur G.B.C, le 22 août.
[42e division d'infanterie - Service de santé divisionnaire]
 

16 septembre 1916. Visite [...] des travaux en cours pour constituer à la cote 281 un poste chirurgical sous terre. Les fouilles et les terrassements sont terminés. Il reste à place les moyens de protection, tôles et rondins.
[Direction du service de santé de la VIIIe armée 2e formation]
 

5 octobre 1916. Visite du poste chirurgical de Domjevin dont les travaux sont repris.
[73e division d'infanterie - Génie]

23 octobre 1916.
Visite des travaux de l'hôpital chirurgical de Domjevin bétonné (travaux poursuivis par le Capne Lotz Cdant la Cie spéciale du 41 Tal) sous la direction du Cant du Génie de la Divion.
[73e division d'infanterie - Génie]

24 novembre 1916.
Poste chirurgical de Domjevin. Ce poste qui sera à l'épreuve des gros projectiles se composera de 2 galeries parallèles réunies sur leur face postérieure par une galerie perpendiculaire. Le tout creusé dans le flanc d'une colline, l'armature se composera de tôles cintrées ondulées recouvertes d'un mètre de béton, sur lequel seront disposés successivement une forte couche de pierres, mélangées d'éléments à ciment armé pour faire plan d'éclatement et enfin une épaisse couche de terre végétale ; les travaux sont réalisés par les brancardiers de la 73ème D.I. dirigés par 1 officier de Territoriale, entrepreneur de profession.
[VIIIe armée 2e formation - Direction du service de santé]
Domjevin. Construction d'un hôpital chirurgical souterrain - 16 décembre 1916
Domjevin. Construction d'un hôpital chirurgical souterrain - 16 décembre 1916
Source: BDIC Valois 153/154 - BO100
Domjevin. Construction d'un hôpital chirurgical souterrain - 16 décembre 1916
Domjevin. Construction d'un hôpital chirurgical souterrain - 16 décembre 1916
Source: BDIC Valois 153/153 - BO99
Domjevin. Construction d'un hôpital chirurgical souterrain - 16 décembre 1916
Domjevin. Construction d'un hôpital chirurgical souterrain - 16 décembre 1916
Source: BDIC Valois 153/152 - R2027
Domjevin. Entrée de l'hôpital chirurgical souterrain - 16 décembre 1916
Domjevin. Entrée de l'hôpital chirurgical souterrain - 16 décembre 1916
Source: BDIC Valois 153/155 - BO97
Domjevin. Entrée de l'hôpital chirurgical souterrain - 16 décembre 1916
Domjevin. Entrée de l'hôpital chirurgical souterrain - 16 décembre 1916
Source: BDIC Valois
Domjevin. Construction d'un hôpital chirurgical souterrain : porte d'accès - 16 décembre 1916
Domjevin. Construction d'un hôpital chirurgical souterrain : porte d'accès - 16 décembre 1916
Source: BDIC Valois 153/157 - R2028
  Domjevin. Construction d'un hôpital chirurgical souterrain : voûte principale du couloir - 16 décembre 1916
Domjevin. Construction d'un hôpital chirurgical souterrain : voûte principale du couloir - 16 décembre 1916
Source: BDIC Valois 153/158 - R2029
 

25 janvier 1917. Poste de Domjevin. Sur les pentes sud-ouest de la cote 291 et destiné en cas de bombardement intensif ne permettant pas les évacuations, d'abriter et de traiter les grands [blessés ?] avec toutes la sécurité désirable. Tout le gros oeuvre est terminé, il ne reste plus que les locaux accessoires à terminer ; il comprend pour la partie bétonnée : 1 salle de pansement, 1 salle d'opérations, 1 chambre pour les chirurgiens, 1 abri pour officier blessé et 1 abri pour 50 blessés couchés ; il y aura en plus une salle de stérilisation, un magasin, etc...
[VIIIe armée 2e formation - Direction du service de santé]

6 février 1917. Un peloton monte à Domjevin pour continuer la construction du poste chirurgical.
[73e division d'infanterie - Groupe de brancardiers]

7, 8 février 1917. Les travaux de l'ambulance chirurgicale de Domjevin subissent un temps d'arrêt pas suite du manque de matériaux devant être fournis par le Génie et par suite également du petit nombre de travailleurs. La plupart des Brancardiers envoyés comme travailleurs de la R.P.S. par ... de Min Inspecteur sont relevés : il en reste 7. Aussi M. le Min. Divisionnaire demande-t-il à ce dernier des hommes de renfort de façon à avoir 30 travailleurs. Il est vrai que 23 GB29/73 ont été fournis, mais provisoirement : en cas d'alerte ils devront assurer le service régulier. De son côté M. le Min Inspr tient à ce que ce poste soit promptement terminé. Cette demande est d'autant mieux fondée que les travaux à exécuter sont importants. Le Min Divre l'a déjà fait savoir à M. le Min Inspr dans sa lettre n° 10957 du 19 janvier (dont copie ...).
J'ai l'honneur de vous adresser sous ce pli un plan détaillé de l'organisation complémentaire qui resterait à effectuer au poste chirurgical de Domjevin. Vu son importance et la valeur des services que ce poste est appelé à rendre, j'ai cru de mon devoir d'examiner attentivement toutes les faces du problème à résoudre dans tous ses détails, et de vous soumettre les déductions de mes observations. Ainsi, après avoir suivi régulièrement la construction de la partie centrale et principale, j'ai étudié sur le terrain même avec soin et à plusieurs reprises, la disposition de ce qui semble nécessaire pour obtenir là un poste chirurgical parfaitement outillé. Vous pouvez voir sur le plan que j'ai demandé à M. le Capne Lotz de me tracer, d'après les idées et surtout les croquis que je lui ai confiés, qu'ainsi comprise cette formation disposera d'accès larges et multiples pour parer à tout imprévu, d'une galerie pare-éclats d'une grande utilité, d'une salle de stérilisation et d'ébullition importante et de servitudes indispensables (puits, groupe électrogène, cuisine, incinérateur, W.C., chambre d'isolement, dépôt d'armes, dépôt mortuaire, point de repos des infirmiers, enfin d'une longue galerie pour blessés assis, qui permettra de garder ces blessés si le bombardement des routes retarde l'évacuation. L'aération des locaux serait activée par ses ventilateurs électriques. L'éclairage serait fourni par le groupe électrogène. Le chauffage serait à eau chaude et à basse pression, avec radiateurs, ; mais deux radiateurs électriques seraient installés en supplément dans la salle d'opération et dans la salle de préparation. Les eaux usées seraient canalisées vers la vallée proche dans une fosse septique isolée. Telles sont dans leur ensemble les propositions que j'ai l'honneur de vous soumettre en ce qui concerne l'agencement des locaux et dépendances. Le plan indiquera mieux encore que ma description rapide l'utilisation des organes projetés. Si ces données reçoivent votre approbation, je vous ferai parvenir prochainement la liste de ce qui sera nécessaire pour l'organisation intérieure et le fonctionnement chirurgical de ce Poste important.
Le Général Cdt l'armée approuve ces dispositions et presse également l'achèvement des travaux et décide « qu'en raison des besoins des troupes du front en matériaux de tout genre, ceux qui sont nécessaires pour les travaux de l'ambulance en question, seront fournis par le 19 S.S. dans un délai de 8 semaines à raison de 1/8 par semaine (note 505/m)
[73e division d'infanterie - Service de santé]

12 février 1917. Par lettre (N° 664) aux médecins divisionnaires des 4ème et 73ème D.I., le Directeur invite ces chefs à prendre, de concert, les mesures permettant d'employer avec le maximum de rendement, le plus grand nombre possible de brancardiers disponibles du G.B.D. 4, aux travaux d'aménagement du « Poste chirurgical avancé de Domjevin ».
[40e corps d'armée - Direction du service de santé]

13 février 1917. M. le Capitaine Lotz ne recevant pas de matériaux pour la construction du Poste chirurgical de Domjevin, n'a pas l'emploi des Brancardiers du G.B.D/4 mis à sa disposition.
[73e division d'infanterie - Service de santé]
 

15 février 1917. Le G.B.D. 4 met à la disp. du 40e C.A. une équipe de 50 brancardiers pour l'aménagement du poste chirurgical de Domjevin.
[4e division d'infanterie - Service de santé]

16 février 1917. Le peloton monté le 6 février à Domjevin pour continuer la construction du poste chirurgical redescend à Croismare ; il est remplacé par des travailleurs de la 4e D.I.
[73e division d'infanterie - Groupe de brancardiers]

23 février 1917. Le poste chirurgical de Domjevin avance lentement faute de matériaux qui n'ont pas encore été livrés.
[73e division d'infanterie - Service de santé]

27 février 1917. Le M.M de 1e cl. Delage de l'a. 6/2 détaché au poste chirurgical de Domjevin rejoint l'a. 6/2
[4e division d'infanterie - Service de santé]
 

7 mars 1917. Les matériaux nécessaires à la construction de l'ambulance chirurgicale de Domjevin devaient être fournies par la 19 S.S. à raison de 1/8e par semaine. A la date de ce jour, 4/8e devraient être fournis. Dans la tournée d'inspection de ce jour, le Min Divisionnaire a constaté qu'une partie seulement du 2/8e a été fournie ce matin même : d'où un regrettable ralentissement des travaux dont le Min Divisionnaire a rendu compte au Dr du Service de Santé.
[73e division d'infanterie - Service de santé]

11 mars 1917. A la suite du départ de la 4ème D.I. les travailleurs du G.B.D/4 employé à la construction de l'ambulance chirurgicale de Domjevin cessent le travail.
[73e division d'infanterie - Service de santé]

13 mars 1917. Le Directeur du Service de Santé du 40 C.A. fait savoir que le G.B.D/5 qui succède au G.B.D/4 fournira un détachement de 30 à 50 travailleurs pour les travaux du poste chirurgical de Domjevin. Ils pourraient commencer le travail le 18.
[73e division d'infanterie - Service de santé]

17 mars 1917. Un détachement de 50 brancardiers encadrés du G.B.D/5 est dirigé le 17 mars sur Domjevin pour la construction d'un poste de secours. Ils sont pris en subsistance par le 41e R.I.T.
[5e division d'infanterie - Service de santé]

29 mars 1917. Le 19e du S.S. du 40e C.A. envoient 40 brancardiers de Corps pour être employés aux travaux des P.S.. Ils sont répartis de la manière suivante : 20 au 346e R.I., 10 au 356e R.I., 10 à Domjevin pour le poste chirurgical souterrain.
De dernier chiffre de 10 porte à 50 le nombre de travailleurs à Domjevin.
[73e division d'infanterie - Service de santé]

23 avril 1917. Le Méd.-Chef du GBC/40 met à la disposition du Min Divre, 1 sergent, 3 caporaux, et 35 brancardiers pour compléter l'effectif des hommes travaillant à l'ambulance chirurgicale de Domjevin.
[73e division d'infanterie - Service de santé]

26 avril 1917. Les propositions faites au Général, le 26 mars 1917, sous le n° 1544, au sujet de l'organisation d'une infirmerie de cantonnement à Domjevin étant revenues approuvées, le Directeur les notifie, sous le n° 2144, au Médecin divisionnaire de la 73è D.I. qui est prié de prélever sur le détachement des brancardiers de corps actuellement employé aux travaux du Poste chirurgical de Domjevin, 12 hommes nécessaires à l'exécution des aménagements prévus par la note n° 1544.
[40e corps d'armée - Direction du service de santé]

30 avril 1917. Sous le n° 2219, le Directeur, après une inspection des travaux de construction et d'aménagement du Poste chirurgical souterrain de Domjevin, rend compte au Chef supérieur, de l'état d'avancement des travaux. 60 brancardiers du GBC sont employés au poste de Domjevin. L'ouvrage central est terminé, la salle de stérilisation et le tisanerie sont achevés. la superstructure a reçu la couverture protectrice prévue. Les travaux annexes (galerie de pourtour - sapes d'entrée et de sortie - puits central - chambre de dépôt de matériel - chambre d'isolement - morgue) sont en voie d'achèvement (le Poste chirurgical souterrain de Domjevin est un organe d'armée, dont la construction a été décidée par M. le Médecin inspecteur de la VIIIème armée. - Les plans ont été établis par le Chef supérieur).
[40e corps d'armée - Direction du service de santé]

3 mai 1917. Domjevin. L'ambulance chirurgicale souterraine s'avance rapidement, toute la partie destinée aux salles d'opérations et à abriter les blessés couchés est terminée ; on a boisé le creusement des galeries réservées aux blessés assis. Cette formation creusée dans le flanc de la cote 291 et qui sera à l'épreuve des plus gros projectiles contiendra 50 blessés couchés et 100 assis.
[VIIIe armée 2e formation - Direction du service de santé]

5 mai 1917. Le Médin Divisionnaire soumet au Capitaine Lotz un projet d'aménagement de Poste ch. de Domjevin. Le mode de couchage ordinaire ne saurait convenir à de grands blessés. Un modèle spécial s'impose. Il consisterait en lits superposés de 0,65 m de large, 1 m 80 à 1 m 90 de haut qui seraient placés dans des casiers de 0 m 75 x 1 m 90 à 2 m. Une rangée contre chaque paroi laisse pour la circulation un espace de 1m 10. Le lit en forme de casier rectangulaire et mobile (à tiroir) est supporté dans un cadre formant casier. Il peut se tirer au moyen de manettes à charnières ce qui permet le transport à la salle d'opération, ou de préparation avec le blessé. Pour éviter qu'il ne tombe dans ce mouvement de retrait, une latte longitudinale placée à la face inférieure vient buter contre la bordure du cadre.
[73e division d'infanterie - Service de santé]

6 mai 1917. Le Médecin Divisre transmet à M. le Min Insp. une maquette du Poste de Domjevin. C'est une réduction au 1/10 de la coupe transversale d'une galerie souterraine comprenant les lits disposés dans les casiers.
[73e division d'infanterie - Service de santé]

27 juillet 1917. Domjevin, où les travaux de l'ambulance souterraine font de grands progrès. On pourrait à présent utiliser une partie des locaux bétonnés pour faire fonctionner une antenne chirurgicale. La grande galerie réservée aux blessés assis sera bientôt terminée. On y a commencé l'installation des lits et le peinturage des parois. L'abri souterrain du groupe électrogène est terminé, il ne reste plus qu'à poser la canalisation électrique.
[VIIIe armée 2e formation - Direction du service de santé]

10 août 1917. Amb. souterraine de Domjevin. La grande galerie des blessés assis se poursuit très activement. La partie chirurgicale proprement dite (salle de préparation, d'opération, de radiographie) peut être considérée comme terminée ; il ne reste que la cuisine à terminer et le puits intérieur à forer
[VIIIe armée 2e formation - Direction du service de santé]

21 septembre 1917. Ambulance souterraine de Domjevin. Par suite de l'enlèvement du coffrage destiné à faire le mur en béton qui soutient les terres à l'entrée l'ouvrage apparait de très loin et peut être facilement repéré par des avions : des instructions sont données pour qu'un camouflage soit effectué immédiatement. D'ici la fin du mois, les galeries seront percées totalement et on pourra s'occuper de l'installation électrique et des aménagements intérieurs.
[VIIIe armée 2e formation - Direction du service de santé]

1er octobre 1917. A Domjevin on poursuit l'aménagement et la protection des caves destinées à servir d'abris et de places de pansement. Elles ont du reste été utilisées l'avant veille pendant un très violent bombardement du village pendant la nuit par obus ordinaires et obus à gaz. Il n'y a pas eu de victimes.
L'ambulance souterraine dont les travaux avancent rapidement, a également servi d'abri pendant le dernier bombardement du village.
[VIIIe armée 2e formation - Direction du service de santé]


3 janvier 1918. Ambulance souterraine de Domjevin. Les travaux sont complètement terminés et le jeudi 10 janvier, une formation sanitaire pourra prendre possession des locaux. Il ne reste qu'à établir des bancs dans la grande galerie pour les blessés assis.
[VIIIe armée 2e formation - Direction du service de santé]